Journal d'un Terrien

Journal d’un Terrien # 6 : La goutte d’eau porte en elle l’océan

Des embruns arrachés à la houle et des remous inondés de soleil, le vent du large, son parfum iodé, le bruit des flots. Par devant l’horizon se fait vague et les vagues s’y noient sans mourir. L’immensité bleue inspire, l’immensité bleue oppresse. Elle semblerait ne jamais vouloir finir et que les rivages soient des mirages pour ses courants insatiables, assoiffés de distance. L’océan, vertigineux, n’a rien à envier à la hauteur des sommets. Ses profondeurs sont nôtres ; et sa masse, c’est nous.

  Nous ? Vous, moi : une goutte d’eau, une goutte dans l’océan peut-être mais est-ce vraiment pertinent ? D’ici tout parait si grand. Les vagues deviennent immenses et le large infini, indifférent, inaccessible. La goutte d’eau aimerait bien calmer les tempêtes, éclaircir les nuages ou les abîmes et parcourir toutes les mers. Mais lorsqu’elle veut voir trop loin elle se perd, lorsqu’elle veut aider trop de ses sœurs elle s’épuise. L’immensité des eaux la ramène alors à sa propre impuissance, à sa propre insignifiance, intense vague à l’âme pour un être si limité.

  Mais pas cette fois. Aujourd’hui la goutte d’eau entend l’océan, son rythme, son battement, mais plutôt que d’essayer de le comprendre elle se laisse peu à peu porter par sa musique. Elle cesse de chercher, elle s’harmonise. Pour un temps l’extérieur s’efface même entièrement et elle s’écoule profondément en elle. Elle glisse, joyeusement, jusqu’à la source qui alimente toutes les gouttes. L’océan est toujours là mais c’est à l’intérieur qu’il se ressent. De lui à elle figure la même empreinte, la même intensité, et petite goutte se découvre être un océan de molécule.

  Alors elle se met à vibrer, danser, virevolter. Par cette simple vérité elle se libère et agit avec la conscience de toutes les eaux. Elle ne ressent bientôt plus le besoin de se mesurer à toutes les autres gouttes, de s’inquiéter de l’immensité du large. L’océan devient un verre d’eau. Son verre d’eau. Ce verre c’est le champ des possibilités qui lui permet d’exprimer qui elle est vraiment. Portée par cette nouvelle conscience, elle emplit doucement le verre d’Amour et de lumière. Les gouttes touchées par cette pureté se mettent alors à l’imiter et elles aussi éclaircissent peu à peu les eaux.

  Une fontaine de vie est née en plein océan. À l’origine était la conscience d’une goutte d’être à la fois tout et rien, sa volonté d’agir sans se tourner vers le pourquoi, l’après ou l’ailleurs. Car c’est à chaque goutte d’activer ce pouvoir en elle pour laver ses blessures.

  Vous pouvez décider d’être cette goutte.

  Si tous les Humains se contentaient d’agir avec Amour dans leur propre verre d’eau, alors la Terre ne serait plus jamais un endroit où l’on laisse couler des torrents de larmes.


  Écrit depuis la Terre un verre d’eau qui vous aime.

Cimee ~

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

in neque. Aenean libero. porta. lectus Phasellus et, id,